Tentative de destitution de la juge Barrios

Déclaration du Porte-parole du Haut-Commissaire des Nations-Unies aux Droits de l’Homme

En lien avec la décision du tribunal d’Honneur du CANG contre la Juge Yassmín Barrios

Genève, le 8 avril 2014

Nous sommes extrêmement préoccupés face à la décision émise par le Tribunal d’Honneur du Collège d’Avocats et Notaires du Guatemala – CANG -, contre la Juge Yassmín Barrios, Présidente du Tribunal Pénal de Haut Risque A (le tribunal qui a prononcé la sentence de 80 ans de réclusion pour génocide et crimes contre l’humanité à l’encontre de l’ancien chef d’Etat Efraín Ríos Montt en 2013), dans laquelle il lui impose une réprimande publique, une suspension temporaire d’une année dans l’exercice de sa profession d’avocate ainsi qu’une sanction pécuniaire. Ceci est le résultat d’une plainte déposée par un des avocats plaidants dans l’affaire pour génocide examinée par l’autorité judiciaire compétente, qui l’a rejetée.

Nous sommes préoccupés par le fait que ces actes s’ajoutent à une longue liste d’attaques, menaces et intimidations à l’encontre de la Juge Barrios, du fait de sa participation à différents jugements pour les violations des Droits de l’Homme commises au cours des 36 années du conflit armé interne, et, au moment où, dans quelques mois, va commencer le processus de sélection des hautes autorités judiciaires.

Dans un contexte d’attaques subies par les opérateurs de justice guatémaltèques qui luttent contre l’impunité de façon indépendante et impartiale, des actions comme celle prise par le Tribunal d’Honneur du CANG mettent en danger l’important et efficace travail que les Juges et Tribunaux de Haut Risque réalisent dans leur combat contre l’impunité liée aux graves atteintes aux Droits de l’Homme, aux cas de crime organisé, de narcotrafic et autres affaires de grande envergure.

Nous en appelons à l’Etat guatémaltèque pour garantir que les membres du pouvoir judiciaire puissent résoudre les affaires qu’ils examinent avec impartialité, en se basant sur des faits et conformément à la loi, sans restriction aucune et sans influences, pressions, menaces ou intrusions indues, qu’elles soient directes ou indirectes, de quelque secteur que ce soit ou pour quelque raison que ce soit, en accord avec les Principes de base relatifs à l’indépendance de la magistrature (1985). Toute plainte à l’encontre de la Juge Barrios devra être traitée par les autorités judiciaires compétentes, dans un respect total de son droit à un procès équitable, comme cela est indiqué dans les Principes de base.

***

Bureau du Haut-Commissaire des Nations-Unies aux Droits de l’Homme.

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017