Où en est le procès pour génocide contre Ríos Montt et Rodríguez Sánchez ?

Reprise – Après de nombreux rebondissements depuis l’annulation de la sentence de 2013, le procès pour génocide contre Efraín Ríos Montt et José Maurico Rodríguez Sánchez a finalement repris le 16 mars 2016.

La reprise du procès ne s’est pas faite sans débats. Les organisations plaignantes (Association justice et réconciliation - AJR et Centre d’action légale pour les droits humains - CALDH), qui ne reconnaissent pas l’annulation de la sentence de 2013, dénoncent l’illégalité intrinsèque de ce nouveau procès. Elles ont cependant décidé de jouer le jeu, mais à la condition que les cas de Ríos Montt et Rodríguez Sánchez soient séparés.

En effet, pour des raisons de santé, Ríos Montt a cette fois-ci droit à un procès exceptionnel, à huis-clos, c’est-à-dire sans la présence du public ni de la presse. Rodríguez Sánchez, lui, devrait être soumis à un procès normal. Pour les plaignants, traiter ces deux cas conjointement viole les droits de l’accusé et des victimes et le principe de publicité dont devrait bénéficier un procès portant sur des crimes de cette envergure et invisibilise encore plus le procès en cours, déjà considérablement moins médiatisé que celui de 2013.

La juge María Eugenia Castellanos, à la tête du Tribunal de haut risque B en charge du procès, a cependant décidé de commencer le procès sans que les cas ne soient séparés. Après avoir écouté la lecture des plans militaires et entendu les experts légistes, le Tribunal s’est rendu pendant trois jours à Nebaj, capitale de la région Ixil, pour recevoir les témoignages des victimes les plus âgées et malades ne pouvant se déplacer à Ciudad de Guatemala. Cet événement, symbolique et historique, a été l’occasion pour les organisations de victimes de la région de se retrouver autour du Tribunal afin de soutenir les témoins et d’affirmer que les survivantes et survivants lutteront pour la Justice aussi longtemps qu’il le faudra.

Suspension – De retour à la capitale le 25 avril, le Tribunal a eu le temps d’entendre une trentaine de témoins (sur une centaine prévus) avant que le procès ne soit suspendu le 4 mai. Ce jour-là, la Cour d’appel a déclaré suspensif le recours interposé par les plaignants pour la séparation des cas de Ríos Montt et Rodríguez Sánchez.

Quelques jours plus tard, le Tribunal s’est prononcé sur ce recours en décidant de séparer les cas des accusés. Cette décision, déjà appelée par les avocats de Rodríguez Sánchez, doit encore être approuvée par la Cour constitutionnelle. Si elle la sanctionne, cela impliquera l’annulation de ce second procès. Tous les témoins devront alors venir raconter ce qu’ils ont vécu deux fois de plus – une fois pour chaque accusé. Les avocats parlent d’une triple victimisation.

Cela impliquera également des questions logistiques car aucun tribunal actuel n’est en mesure de juger les deux nouveaux procès à venir étant donné que tous les Tribunaux de haut risque constitués ont déjà jugé ou sont constitués par des personnes qui ont déjà connu le cas. Ainsi, deux nouveaux tribunaux doivent être mis sur pied pour juger les cas indépendants des deux accusés.

Alors que le 10 mai 2016 était célébré le 3ème anniversaire de la sentence historique de 2013 (1), ces nouveaux obstacles ralentissent une fois de plus ce procès « sans fin » (2) et les organisations plaignantes craignent que le début des deux nouveaux procès tarde encore plusieurs mois. Pourtant, les témoins vieillissent. Deux d’entre eux sont déjà décédés et la santé de plusieurs décline.

1. La AJR et CALDH ont célébré l’événement à la Casa de la Memoria (Maison de la Mémoire) de la capitale. Discours et prestations artistiques ont ponctué l’après-midi. Un autel cérémoniel maya était en place pour que des membres de la AJR, survivants du génocide, puissent s’y recueillir. Deux jours plus tard, la sentence fut commémorée dans le territoire ixil, à Nebaj. Le public, en compagnie des témoins, s’est réuni dans le salon municipal où une cérémonie maya fut réalisée.

2. Sandra Sebastián et Alejandra Gutiérrez Valdizán, « El juicio sin fin », Plaza Pública, 25.08.15

Navigation

AgendaTous les événements

juin 2017 :

Rien pour ce mois

mai 2017 | juillet 2017