Des communautés du Petén présentent leur proposition alternative de développement

Le 28 septembre dernier, plus de 40 communautés vivant au sein des zones protégées de la Sierra Lacandón et de la Laguna del Tigre, des municipalités de San Andrés, La Libertad et Las Cruces (département du Petén), ont présenté leur « Proposition alternative de développement intégral et durable » aux autorités guatémaltèques.

JPEG - 276.7 ko
Délégués devant le Congrès
© Prensa Comunitaria

Fruit de plusieurs années de consultation des communautés, cette proposition a été développée avec l’association ACODIL (Association des communautés paysannes pour le développement intégral de La Libertad, Petén), le soutien de Caritas Suisse, et avec le soutien juridique des avocats Rubén Domínguez, du Cabinet juridique des droits humains et Ramón Cadena, directeur pour l’Amérique centrale de la Commission internationale de juristes (CIJ).

La proposition a été présentée au Congrès de la République en présence de députés, de représentants d’organisations de défense des droits humains, de délégués communautaires, de membres du corps diplomatiques et d’institutions gouvernementales. Son but est de garantir la présence des communautés dans les zones protégées « en harmonie avec la nature, dans les territoires qui sont pour nous source de vie ». En effet, les délégués dénoncent le fait que l’adoption de la Loi sur les zones protégées, en 1989, se soit faite « sans consulter nos communautés et sans prendre en compte notre vie sur ces territoires. En conséquence, pendant des années, notre droit à la terre, la santé, l’éducation, la justice et la vie ont été violés en permanence par l’Etat, par l’entremise de la police, de l’armée, de la CONAP [Commission nationale des zones protégées], entre autres ».

Colons en provenance d’autres régions du pays, devenus pionniers du fait de la pauvreté, du manque de terres et du conflit armé interne, les habitants de ces communautés sont menacés au nom de la préservation de l’environnement. Un argument qui, pour le gouvernement, ne s’applique visiblement pas aux entreprises pétrolières, au premier rang desquelles la franco-britannique Perenco, ni aux propriétés et élevages bovins appartenant aux narcotrafiquants. Suite à la présentation de la proposition, une table de dialogue a été inaugurée au sein du Congrès le 4 novembre.

Adaptation des articles « Comunidades peteneras presentan propuesta de desarrollo al Estado », CMI, 28.09.16, http://bit.ly/2fb85Tm et Karen Mendoza « Diputados reciben propuesta de comunidades de Petén », Congreso de la República, 28.09.16, http://bit.ly/2e0W8gC

Navigation

AgendaTous les événements

juillet 2017 :

Rien pour ce mois

juin 2017 | août 2017