Territoire Q’anjob’al, vientre acosado : histoires de résistance au Guatemala

JPEG
Titre : Territoire Q’anjob’al, vientre acosado – Histoires de résistance

Réalisé et produit par Pau Dachs, ex-volontaire terrain du Collectif Guatemala
Avec la collaboration de Rode Díaz

Co-produit par le Collectif Guatemala et le CCFD-Terre Solidaire

Durée : 72 minutes

Film en espagnol, sous-titré en français

A travers le témoignage de prisonniers politiques et leurs proches, tou.te.s défenseur.e.s des droits des peuples autochtones et de leurs territoires dans le département de Huehuetenango au Guatemala, le documentaire montre l’instrumentalisation du système judiciaire par le gouvernement et les grandes entreprises voulant exploiter les ressources naturelles.

Entretien avec le réalisateur, Pau Dachs

Bonjour Pau, peux-tu nous expliquer comment t’es venue l’idée de réaliser ce documentaire ?

Bonjour. Tout a commencé lors de mon expérience d’accompagnateur international avec le Collectif Guatemala, entre juillet 2014 et mars 2015. Cette mission consistait à accompagner les défenseur.e.s des droits humains qui s’opposent à des projets d’exploitation des ressources énergétiques, plus spécifiquement, dans la région de Huehuetenango. Cette région vivait un contexte de criminalisation très fort qui avait commencé avec les premiers cas d’une localité nommée Santa Cruz Barillas.

Lors de mon expérience d’accompagnateur, j’ai été témoin du cas de Saúl Méndez et Rogelio Velásquez, originaires de Santa Cruz Barillas. Ils ont été mis en détention une première fois de façon totalement injuste, et peu de temps après leur libération, ils sont retournés derrière les barreaux. J’ai observé leur situation de très près et ai ressenti leur souffrance et celle de leurs familles. Au départ, j’ai parlé au Collectif Guatemala (CG) d’un projet de documentaire sur ACOGUATE [le projet d’accompagnement international au Guatemala auquel participe le CG]. Mais l’idée faisant son chemin, on a finalement réorienté la thématique afin de sensibiliser le public sur la situation de criminalisation que vivaient certain.e.s leaders communautaires à cause de leur opposition à des projets de centrales hydroélectriques dans la région de Huehuetenango. Le Collectif Guatemala ainsi que CCFD-Terre Solidaire, ont appuyé ma démarche.

Quel est donc l’objectif de ce documentaire ?

Mon objectif est avant tout de documenter la situation terrible que vivent les défenseur.e.s des droits humains, collecter leurs témoignages, toujours dans la finalité d’un travail de mémoire et de recherche de la vérité. Les peuples du nord de Huehuetenango ont fait attention à bien documenter les injustices dont ils sont victimes par le biais de documents écrits, de documents d’instances nationales, internationales. C’est une modeste contribution de ma part afin de faire prévaloir la mémoire des peuples.

Peux-tu nous expliquer la signification du titre « Territoire Q’anjob’al, vientre acosado » ?

Lors de la première partie du documentaire (qui ne sera pas diffusée), Aurora [une défenseure des droits humains de Barillas] dit : "Dans un premier temps ils sont venus pour ouvrir le ventre de nos femmes (allusion aux sévices meurtriers lors de la guerre civile) et à présent ils veulent ouvrir le ventre de notre Terre Mère (en référence à l’action des entreprises)". C’est de cette déclaration que m’est venu le titre « vientre acosado ». Le mot « vientre » fait référence au ventre, et le mot « acosado » vient du mot espagnol « acoso », qui signifie persécution ou harcèlement. Il y a persécution de la vie du point de vue de la cosmovision maya et maltraitance d’un point de vue historique (suite aux génocides répétés). Je le perçois comme la persécution d’un mode de développement propre, de la libre détermination d’un peuple.

Navigation

AgendaTous les événements

septembre 2020 :

Rien pour ce mois

août 2020 | octobre 2020