Procès Molina Theissen : “Il est temps de briser le silence et d’exiger au système de justice qu’il fasse son devoir”

La mère et les soeurs de Marco Antonio célèbrent le verdict.
© El Periódico/JLPOS

En 1981, Emma Guadalupe Molina Theissen a été capturée par l’armée lors d’un contrôle parce qu’elle était en possession de documents subversifs. Elle fut violée, torturée et détenue illégalement pendant 9 jours, jusqu’au moment où elle réussit à s’évader lors d’un moment d’inattention d’un garde. Afin de venger sa fuite, l’armée enleva son petit frère, Marco Antonio, alors âgé de 14 ans ; on le tira de force de sa maison et ses parents ne le revirent plus.
Le 23 mai 2018, à l’aube, quatre militaires de haut-rang à la retraite ont été condamné pour ces crimes. L’ancien chef de l’État-major, Manuel Benedicto Lucas García, et les ex-colonels Hugo Ramiro Zaldaña Rojas et Manuel Antonio Callejas y Callejas ont été condamnés à 58 ans de prison pour crimes contre l’humanité et viol avec circonstances aggravantes contre Emma Guadalupe, et pour la disparition forcée de son frère Marco Antonio. L’ex-colonel Francisco Luis Gordillo Martínez a été condamné à 33 ans de prison pour les crimes commis contre Emma Guadalupe, mais n’a pas été tenu responsable de la disparition forcée de Marco Antonio. L’ancien colonel Edilberto Letona Linares n’a pas été jugé responsable pour les charges à son encontre.
Ana Lucrecia Molina Theissen, soeur d’Emma Guadalupe et Marco Antonio, présente à toutes les audiences du procès ayant débuté le 1er mars 2018, s’est confiée par téléphone au média en ligne Plaza Pública. Durant cette entrevue, celle-ci raconte ce qu’ont signifié ces deux décennies de lutte devant le système judiciaire guatémaltèque.

Comment avez-vous initié cette quête de la justice au Guatemala ?
Une fois que nous avons arrêté d’attendre le retour de Marco Antonio et que nous avons dû accepter sa mort, ce qui fut un processus très dur, j’ai commencé à chercher comment on pourrait lui rendre justice. J’ai fait des recherches, me suis renseignée et comme j’habite au Costa Rica, j’ai assisté à un procès à la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH). J’étais stupéfaite de voir qu’il existait une justice pour les droits humains et j’ai commencé à chercher la manière dont on pourrait présenter notre cas. Cela n’a pas été aussi facile ; le processus a duré 6 ans. On a essayé d’opter pour une solution à l’amiable avec l’État en 2000 ; celui-ci nous offrait de l’argent alors que nous avions toujours voulu une seule chose : récupérer les restes du corps de Marco Antonio et connaître les circonstances de sa mort. Parallèlement au système interaméricain, on a présenté la demande pénale devant un juge du Guatemala en septembre 1998. Le processus a duré presque 20 ans et effectivement, nous n’avions pas bien confiance dans le système judiciaire guatémaltèque et encore moins à cette époque mais, à quoi d’autre pouvions-nous avoir recours ?

Que s’est-il passé depuis que vous avez déposé une plainte en 1998 ?
Ça s’est traduit par d’innombrables formalités, d’allers-retours au Guatemala et au Ministère public. Tout cela ne s’est pas produit pendant le mandat de Claudia Paz y Paz mais le précédent (avant Claudia Paz, le Ministère public a été dirigé par Amílcar Velásquez), lorsqu’on a plus ou moins commencé à s’ouvrir aux cas graves de violations des droits humains. Avoir une résolution de la CIDH, dont le respect est obligatoire, nous a assuré une grande légitimité auprès du système pénal guatémaltèque.

Et depuis, qu’est-ce qui a été fait pour retrouver Marco Antonio ?
A partir de la résolution de la CIDH et depuis 2006, il y a eu des poursuites judiciaires. Mais la recherche, jusqu’alors, n’a pas porté ses fruits. Parallèlement, un processus d’enquête a été mis en oeuvre avec un mandat constitutionnel de recherche de personnes géré dans un premier temps par la PDH (bureau du procureur des droits humains) à partir de l’utilisation d’un habeas corpus (garantie constitutionnelle pour éviter les arrestations arbitraires et assurer la liberté des individus). Le mandat de la PDH a été en vigueur de 1998 à 2011. Cette dernière année nous avons constaté que l’intérêt de la PDH s’était affaibli et à travers une injonction, en juillet 2011, ma mère a récupéré ce mandat. Elle était désignée comme l’enquêtrice spéciale dans ce processus. Avant cela, le magistrat (de la Cour Suprême de Justice) Ricardo Barrientos, a émis une résolution sur l’auto-exécution des décisions de justice de la CIDH ; l’ensemble du pouvoir judiciaire devait respecter ces résolutions. Mais il ne l’a pas fait. Il y a de graves violations des droits humains. C’est pourquoi nous nous sommes mobilisés pour défendre la légitimité de nos droits.

Votre mère dirigeait donc le processus de recherche ?
Pendant plusieurs années, c’était directement la famille qui impulsait l’enquête, aux côtés des avocats et des entités qui nous soutenaient. Nous nous sommes heurtés à beaucoup d’obstacles, même auprès de la section de droits humains du parquet. Nous demandions au parquet des avancées plus rapides dans le dossier jusqu’à ce que, en 2015, ils finissent par accepter la conduite du cas. Beaucoup de personnes attribuent à Claudia Paz ces processus qui ont porté leurs fruits, mais nous avons pu constater que le Ministère Public a réussi à développer une nouvelle éthique pour ces processus. Après avoir été la responsable du cas, Paz y Paz a mis en place des directives pour l’enquête criminelle dans les cas de violation des droits humains. Cela a initié un processus d’épuration de cette section du parquet et son renforcement progressif.

On note également le travail de la famille qui a dû chercher des témoins et experts pour le procès.
Durant la période où ma mère a été l’enquêtrice officielle, elle a dû chercher des soutiens, des preuves et quelques expertises. C’est pour cela que certaines d’entre elles sont présentées directement par les plaignantes (les deux Emma, mère et fille). Aux côtés du Ministère public, nous avons évalué ce que chacun avait et ce qui devait être présenté. C’est comme cela que nous avons réussi à regrouper toutes les preuves. Durant tout le processus, la disposition de toute la famille à être impliquée dans le cas a été essentielle.

En 2016, les militaires se font arrêter pour être liés à la disparition forcée dans deux dossiers : le vôtre et le célèbre cas de Creompaz (une base militaire qui a servi de cimetière clandestin). Comment expliquer aux opposants les raisons pour lesquelles il est nécessaire de juger la classe dirigeante militaire pour ces actes ?
Parce que l’armée est une organisation hiérarchique et subordonnée qui exécute les ordres. Aucun subordonné ne pouvait changer l’ordre ; il ne pouvait que l’exécuter. Ces ordres remontent au chef opérationnel de l’armée, et en utilisant le Manuel de la guerre contre-subversive, la D2 (le personnel d’intelligence militaire) procédait à des contrôles sur les routes et à la détention de personnes suspectes, ce qui fut le cas de ma soeur. Lorsqu’elle fut arrêtée, elle détenait de l’information d’une organisation interdite. Les directives suivies par l’Intelligence militaire, et toutes celles ayant été exécutées par des officiers plus bas dans la hiérarchie, étaient données par les plus hauts rangs de l’armée ; aucun officier ou soldat n’agissait de son propre chef. C’est ce qu’on a essayé de prouver devant le tribunal, à travers différentes expertises, pour faire comprendre que rien n’a pu être fait sans la connaissance, les directives et l’autorisation des commandements militaires.

Est-ce que vous pensez que les accusés ont voulu impulser le processus pénal ? Je demande cela parce qu’ils ont présenté une récusation à l’encontre du juge en clamant leur droit à un procès juste.
Je ne pourrais pas me positionner. Il est possible qu’ils ne se soient pas attendus à ce que la procédure avance ainsi. L’année dernière, il y a eu un mouvement de la part de l’État-major de la défense nationale qui présentait un recours devant la Cour Constitutionnelle (CC) pour élargir l’amnistie, afin d’omettre l’article 8 de la loi de Réconciliation nationale, article qui exempte d’amnistie les personnes responsables de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité. Avec ça, certains procès auraient pris fin (comme le procès pour génocide et d’autres dans lesquels des militaires sont accusés), mais la CC a refusé la suspension de l’article. Il y a également eu des tentatives de modification de cette loi par le Congrès. A ce propos, la CIDH a été claire sur le fait que l’amnistie en cas de violations des droits humains était interdite et illégale. On voit donc bien que les militaires nous ont mis des battons dans les roues mais nous arrivons peu à peu à passer au-dessus.

Les accusés attendent le verdict.
© PlazaPública/Oliver de Ros

Que signifie pour vous d’être arrivé à un procès et que la phase finale arrive dans les prochains jours ?
Ca a été une très longue période de douleur et de souffrance parce qu’à chaque audience, nous avons revécu ce que nous avons traversé ; notamment les premiers jours, ça a été très difficile d’écouter la déclaration d’Emma faite à huis clos devant la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme (son enregistrement a été entendu au procès). La Cour a très rarement permis qu’une déclaration faite à huis clos soit entendue publiquement et devant autant de personnes, pour la revictimisation que cela induit. Mais, à travers la solidarité et le soutien que nous avons reçus d’organisations nationales et internationales, nous nous sommes senties réparées. Nous avons été soutenues par de très nombreuses personnes et nous savons que des peurs persistent et que pour cette raison la salle d’audience n’est pas pleine. D’un autre côté, c’est très important pour nous qu’il y ait une institution comme le Ministère public qui soit disposée à mener à bien un processus de cette ampleur. C’est une forme de réparation pour les victimes et finalement, le fait de demander et exiger la justice dans des cas aussi graves est un exercice de citoyenneté. Finalement, il s’agit aussi d’exercer sa dignité.

Pensez-vous que votre expérience puisse être un exemple pour d’autres personnes qui n’ont pas osé exiger la justice ?
J’espère ! Une amie me disait qu’il devrait y avoir 20 000 cas dans les tribunaux ; on parle de 45 000 disparus mais très peu de procédures ont été lancées pour répondre de ces actes. Mais c’est compréhensible, on a tendance à se réfugier dans le silence et à en faire une stratégie de survie. Je pense qu’il est grand temps de rompre avec le silence et que nous commencions à exiger la justice. Le système judiciaire ne va pas le faire si nous ne le lui exigeons pas.

Pensez-vous qu’il est possible que vous vous remettiez un jour de ce qui vous est arrivé ?
Cela fait presque 37 ans que ça s’est produit. Les premiers 10 ou 15 ans, nous espérions qu’il revienne en vie parce que pour nous, c’était inadmissible qu’ils l’aient tué. Nous ne pouvions supporter cette idée donc nous avons attendu son retour très longtemps. Progressivement, nous avons compris que beaucoup trop de temps était passé et que si les autres ne revenaient pas en vie, il ne reviendrait pas non plus. Alors nous avons dû accepter sa mort. Chacun a dû l’accepter à des moments différents. Cela a tué mon père. Quand il a commencé à prendre conscience que Marco Antonio était mort, son état de santé s’est dégradé. Mon père est mort 13 ans après la disparition de mon frère. En ce qui me concerne, c’est lorsqu’on nous l’a enlevé que je suis morte pour la première fois ; j’ai dû me reconstruire et apprendre à vivre avec cette souffrance. Ce à quoi je ne me ferai jamais, c’est l’injustice.

C’est ce qui a fait que vous avez tenu le coup durant ce long processus ?
Aucun petit garçon ou petite fille n’aurait dû être victime de cela. Marco Antonio n’aurait pas dû être victime de cela. Et c’est pour ça que nous ne devons jamais le laisser pour compte. Nous l’avons avec nous, le portons dans nos coeurs et nous n’allons pas l’abandonner. Notre quête de justice lui est dédiée. Nous menons cette lutte par dignité et parce que dans nos esprits, dans mon esprit, il est impensable que des actes aussi graves ayant causé tant de souffrance à mes parents, à mon frère et à ma soeur restent impunis.■

Traduction de l’article d’Elsa Coronado, « Lucrecia Molina Theissen : “Es hora de romper el silencio y exigirle al sistema de justicia” », Plaza Pública, 03.05.18, https://bit.ly/2M5gmUA

Chronologie du cas Molina Theissen

27 septembre 1981 : Emma Guadalupe Molina Theissen se fait arrêter, détenir illégalement, violer et torturer par les forces armées.
5 octobre 1981 : Emma Guadalupe Molina Theissen réussit à fuir du centre où elle est détenue.
6 octobre 1981  : Marco Antonio Molina Theissen se fait enlever par les militaires.
1982  : Emma se réfugie au Mexique et vit en exil au Costa Rica depuis 1985.
1990 : la famille, consacrant sa vie à la recherche de Marco Antonio, finit par se réfugier au Costa Rica.
1998 : la Cour suprême ordonne enfin l’ouverture d’une enquête visant les cinq militaires impliqués dans cette affaire.
2000 : le Guatemala accepte de reconnaître sa responsabilité dans cette disparition devant la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH).
4 mai 2004 : la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme condamne l’État guatémaltèque pour la violation des 8 articles de la Convention américaine relative aux droits de l’Homme et notamment le droit à la vie (art. 4), le droit à l’intégrité personnelle (art.5), les droits de l’enfant (art. 19) et la protection et garanties judiciaires (art. 25 et 8) à l’égard de Marco Antonio Molina Theissen et de sa famille. Est également indiqué le non-respect de la Convention interaméricaine sur la disparition forcée des personnes. La cour ordonne au gouvernement guatémaltèque d’enquêter sur la disparition de Marco Antonio, de localiser ses restes, d’indemniser la famille pour les souffrances psychologiques et les pertes matérielles causées et de juger les responsables.
6 janvier 2016 : 5 anciens militaires de haut rang, accusés d’être liés à cette affaire sont arrêtés suite à l’émission d’un mandat d’arrêt d’envergure.
2 mars 2016 : le juge Víctor Hugo Herrera Ríos ordonne l’inculpation des 5 anciens militaires accusés de la disparition de Marco Antonio et de l’enlèvement et du viol d’Emma Guadalupe.
Mars 2017 : le juge du Tribunal de risques majeurs de Guatemala City décide qu’il existe assez de preuves pour rendre son jugement.
1er mars 2018 : début du procès pour la disparition forcée de Marco Antonio Molina Theissen et l’enlèvement et le viol d’Emma Guadalupe.
23 mai 2018 : Condamnation à des peines de 33 à 58 ans de prison de l’ancien chef de l’État-major Manuel Benedicto Lucas García, et des ex-colonels Hugo Ramiro Zaldaña Rojas, Manuel Antonio Callejas y Callejas et Francisco Luis Gordillo Martínez. Les 4 sont condamnés pour crimes contre l’humanité et viol avec circonstances aggravantes contre Emma Guadalupe, et les 3 premiers également pour la disparition forcée de Marco Antonio.

Navigation

AgendaTous les événements

août 2018 :

Rien pour ce mois

juillet 2018 | septembre 2018