Justice pour Adolfo Ich : procès reporté à avril 2015

5 ans après l’assassinat de l’instituteur Adolfo Ich, leader de la lutte pour la terre d’El Estor, département d’Izabal, de nombreuses audiences ont été suspendues, et des actions judiciaires visant à retarder le procès, ont été menées par les avocats de l’accusé Maynor Ronaldo Padilla Gonzales. Déjà suspendu auparavant, le procès aurait dû commencer le 29 septembre dernier, à Puerto Barrios, Izabal. Comme dans de nombreux autres cas d’agressions contre des défenseur-es, c’est la sécurité privée, -fléau post-guerre du Guatemala*- de multinationales extractives, qui est en cause : l’ex-chef de la sécurité de la Compagnie Guatémaltèque de Nickel (CGN) et ancien colonel, est poursuivi pour l’assassinat de Adolfo Ich, et pour lésions graves contre 8 autres personnes, dont une est devenue physiquement invalide, après une fusillade dans la communauté Lote 16 – Chupón le 27 septembre 2009. Il a été détenu en septembre, puis inculpé en octobre 2012.

L’impunité fait gagner du temps à l’accusé, et les victimes et témoins au procès souffrent de persécutions continues, dans le but de les faire renoncer à leurs plaintes, ce qui est déjà arrivé au cours de l’année passée. Les 27 et 28 septembre derniers, la famille, les amis et compagnons du leader communautaire, lui ont rendu hommage, accompagnés par des mouvements de solidarité nationaux et internationaux, constituant un acte d’unité et de résistance du peuple Q’echi’ en défense de son territoire et en mémoire d’Adolfo Ich.

D’autre part, une autre lutte est en cours au niveau international, afin de faire reconnaître la responsabilité de la maison-mère Hudbay Minerals au Canada : en juillet 2013, la justice canadienne marquait un précédent en admettant recevable la plainte des communautés Q’eqchi’es d’El Estor, appuyées par un cabinet d’avocats canadiens, ad honorem. La firme Hudbay Minerals, propriétaire du projet minier Fenix, de sa filiale CGN, pourrait alors être jugée pour violations sexuelles et assassinat par un tribunal canadien. Un grand espoir de justice pour les victimes donc, mais aussi le
début d’une longue lutte...

* Fondées par d’ex militaires ayant participé à la contre-insurrection pendant la guerre civile, les entreprises de sécurité privée totalisent un nombre d’agents exagérément supérieur à la Police Nationale Civile. Dans les cas Barillas (projet hydroélectrique espagnol – Hydro Santa Cruz) et Santa Rosa (mine canadienne – Minera San Rafael S.A.), des chefs de la sécurité privée sont inculpés pour meurtre et tentatives de meurtre.

Navigation

AgendaTous les événements

juin 2017 :

Rien pour ce mois

mai 2017 | juillet 2017