Guatemala. Etat de « prévention » décrété pour violence dans une communauté

El Mundo.

Photo de La Hora

Le Gouvernement du Guatemala a décrété aujourd’hui l’état de « prévention » dans la municipalité de San Juan Sacatepéquez, du fait des violents affrontements de la fin de semaine, qui ont laissé au moins 8 morts parmi ceux qui soutiennent et ceux qui refusent la mise en place d’une fabrique de ciment.
Le ministre guatémaltèque de l’Intérieur, Mauricio López Bonilla, et le secrétaire de Communication Sociale de la Présidence, Francisco Cuevas, ont confirmé l’information séparément. L’état de « prévention » est décrété pour 30 jours et il suspend certaines libertés. Ils ont expliqué qu’avec cette mesure, ils cherchent à contrôler les conflits dans la zone.

Tant que durera l’état de « prévention », les manifestations et réunions sont interdites dans la zone affectée et la loi autorise la dissolution par la force de toute rencontre non autorisée qui inciterait au trouble à l’ordre public.

Depuis 2005 à San Juan Sacatepéquez on a enregistré une série d’incidents en refus de l’installation d’une usine de production de ciments.
D’après les autorités, un affrontement entre voisins en fin de semaine dernière a laissé au moins huit morts et 15 blessés dans le hameau de Los Pajoques, dans cette même municipalité.

Depuis dimanche dernier, quelques 600 agents de la PNC ont été envoyés dans la zone afin de prendre le contrôle de la localité.

Le ministre a affirmé que les forces de sécurité exécuteront un total de 36 ordres de capture contre les supposés leaders qui incitent à la violence à San Juan Sacatepéquez.

Cuevas, quant à lui, a affirmé que l’objectif de la mesure gouvernementale est de retrouver la normalité et d’éviter de nouveaux affrontements entre voisins, qui s’opposent également à la construction d’une route régionale qui connecterait 54 municipalités du nord, de l’ouest et de l’est du pays.

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018