Élection du procureur général

Le 10 juin dernier, l’ensemble du processus de sélection du nouveau procureur général avait été annulé sur décision de la Cour constitutionnelle, suite aux signalements à l’encontre de Conrado Reyes qui avait été choisi par Colom comme nouveau procureur, décision qui avait poussé Carlos Castrasena à quitter son poste de directeur de la CICIG. Depuis une nouvelle « Commission de candidatures » a été reformée, chargée de sélectionner à nouveau des candidats pour le poste. Cette Commission est composée de 12 personnes au total, remplaçantes de la première Commission. En dernière instance, c’est le président de la République qui a le pouvoir de nommer le procureur général parmi une liste de 6 candidats sélectionnés par la Commission. Ce procureur est élu pour 4 ans, est en charge de l’action publique pénale et est chef du Ministère public (MP).

Cette élection est un enjeu majeur pour le système de justice guatémaltèque et c’est ce qui explique les nombreuses luttes de pouvoir qui l’entoure. En effet, c’est le procureur général qui va décider de la ligne d’action du MP quant aux enquêtes à mener et à poursuivre, aux arrestations et aux cas à défendre. Autant dire que beaucoup de groupes de pouvoir préfèreraient voir un allié plutôt qu’un ennemi à ce poste.

C’est de sa volonté que va dépendre la lutte contre l’impunité au Guatemala, où 98% des crimes restent impunis.

Pour l’heure, 40 candidats sont encore en lice pour les entretiens qui auront lieu en novembre. Si tout va comme prévu, le 10 décembre devrait avoir lieu le vote de la liste des 6 derniers candidats, afin de l’envoyer à l’exécutif pour la décision finale.

Navigation

AgendaTous les événements

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017