Edito

Ciudad Guatemala. 23 mars. 20h00 : sur le petit écran apparaît un homme souriant en tenue léopard : c’est le général Ríos Montt, chef de la nouvelle junte militaire, expliquant que ce coup d’Etat a été effectué pour le bien du peuple guatémaltèque. Enfin au Guatemala le « droit à la vie » va être respecté, enfin vont être jugés les corrompus, les fraudeurs, etc… Espérons que ce démocrate-chrétien et prédicateur évangélique se rappela qu’il a lui-même massacré des centaines de personnes entre autres à Sansirisay en mai 1973 … A partir de là, y a-t-il des possibilités de changements au Guatemala ? Est-il possible d’entamer le « dialogue » proposé par la junte ? La réponse de tous les secteurs populaires et révolutionnaires est claire : face à cette dictature, face au terrorisme d’Etat, la lutte continue sous la direction de son avant-garde : l’Unité révolutionnaire nationale guatémaltèque (URNG).

Navigation

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017