Commémoration de l’assassinat de Monseigneur Gerardi

JPEG Douze années ont passé depuis l’assassinat de Monseigneur Juan José Gerardi Conedera, évêque guatémaltèque et défenseur des droits de l’Homme. Monseigneur Gerardi, qui était le coordinateur de la Oficina de Derechos Humanos del Arzobispado de Guatemala (ODHA – Bureau des Droits de l’Homme de l’Archevêché) fut assassiné le 26 avril 1998, deux jours après qu’il présenta le rapport « Guatemala Nunca Más » (Guatemala Plus Jamais). Le 24 avril 1998, Monseigneur Gerardi et des membres de l’Église catholique présentaient à la société les résultats du rapport « Guatemala Nunca Más » pour la Récupération de la mémoire historique. Ce rapport d’investigation (1995-1998) réalisé à partir de milliers de témoignages recueillis à travers tout le pays, documente plus de 54 000 violations des droits de l’Homme commises pendant le conflit armé au Guatemala (1960-1996). Il met en évidence que l’armée est responsable de 92 % des exécutions extrajudiciaires, de centaines de disparitions forcées et de violations et, de plus, que les massacres de communautés entières ont fait partie d’une politique d’État. Une commémoration eut lieu à la capitale le 26 avril dernier en souvenir de Monseigneur Gerardi.

Pour ce crime ont été condamnés le sergent Obdulio Villanueva, le prêtre Mario Orantes, le colonel Byron Disrael Lima Estrada et son fils, le capitaine Byron Lima Oliva. Les deux militaires et le religieux ont récemment sollicité leur liberté, dans le cadre du programme de réduction de peines (Villanueva fut tué dans une bagarre dans le centre pénitentiaire où il se trouvait en 2003). Il reste cependant à identifier d’autres responsables de cet assassinat (auteurs intellectuels et matériels).

Navigation

AgendaTous les événements

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017